Algérie,Abderrahmane Hadef. Expert en économie : «La numérisation est un enjeu de souveraineté»

  • 15 mai 2023 / Analyses / 425 / Admin-23


Algérie,Abderrahmane Hadef. Expert en économie : «La numérisation est un enjeu de souveraineté»

- La numérisation n’est plus un choix mais une obligation pour une efficience économique et faciliter les procédures administratives. Quelle est votre analyse à ce sujet ?

Effectivement, la numérisation aujourd’hui n’est plus un choix et devient un impératif stratégique et même un enjeu de souveraineté. Il faut reconnaître que dans ce sens, la volonté politique est clairement affichée et au plus haut niveau de l’Etat. Des réformes institutionnelles ont été menées à travers la création de nouveaux départements ministériels (numérisation et statistiques, économie de la connaissance et des start-up, etc.). L’objectif étant d’arriver à mettre en place une stratégie nationale de la transformation numérique qui, à terme, devrait aboutir à asseoir les bases d’une vraie administration électronique par une profonde modernisation du service public et une mutation du secteur économique pour plus de performance et de compétitivité.

Malgré les avancées enregistrées ces dernières années avec des réalisations en termes de numérisation du fichier de l’état civil, de la justice, de la sécurité sociale, l’amélioration de connexion internet etc., le constat demeure mitigé compte tenu des attentes des pouvoirs publics ainsi que des usagers (citoyen et opérateurs économiques) pour l’amélioration du cadre de vie des citoyens et la réussite du projet de transformation économique du pays avec des enjeux majeurs dans un monde qui connaît des évolutions de plus en plus rapides et complexes. D’où, l’urgence de passer à une cadence plus soutenue pour bien réussir ce projet de numérisation.

- Le président de la République a ordonné, lors du dernier Conseil des ministres, d’aller plus vite dans sa concrétisation. Comment peut-on accélérer la cadence ?

Pour aller vite tel que demandé par le président de la République et exigé par le contexte, à mon sens, il faut traduire les attentes en objectifs réalistes et réalisables. Il devient nécessaire d’avoir un leadership doté de pouvoirs et prérogatives élargis dans l’accomplissement et l’exécution du projet de numérisation. En termes plus opérationnels et dans un premier temps, s’agissant des administrations publiques telles que les impôts, le cadastres, les douanes le commerce etc., il faut accélérer la mise en place du cadre juridique relatif à la gestion et l’interopérabilité des systèmes d’information gouvernementales (un cadre ayant un caractère exécutoire et obligatoire).

Ce cadre doit adopter une architecture permettant l’échange, la manipulation et la sécurisation des données à l’exemple de l’X-Road développé par l’Estonie reconnue comme référence mondiale en la matière. Il serait intéressant de bâtir ce système d’interopérabilité sur la base du modèle adopté dans le fichier de l’état civil et de la carte d’identité nationale biométrique du ministère de l’Intérieur disposant des attributs et exigences techniques particulièrement en termes de nomenclature d’identification, de sécurité et des process de communication (en utilisant le numéro d’identification national élargi comme nouveau identifiant digital national).

Dans ce cadre, il serait opportun de recourir à la technologie des API’s. Ainsi, et dans un délai de 4 à 6 mois, nous pouvons disposer d’un système d’information gouvernementale pouvant offrir une base de données pertinente fiable et consolidée. Ceci doit être aussi accompagné d’une modernisation du Système national d’information statistique (SNIS) pour une meilleure qualité dans la collecte, le traitement, la diffusion de l’information statistique permettant la conception de vrais outils d’aide à la décision et offrir une base pour toutes éventuelles études.

- En tant qu’expert des questions économiques, quels sont les secteurs prioritaires et quel sera son impact immédiat ?

Comme mentionné plus haut, et bien que la numérisation soit un processus global, inclusif et transversal, néanmoins et compte tenu des urgences, il faut commencer par les secteurs ayant un impact direct sur la vie du citoyen et aussi avec les mondes économiques à travers la qualité et la performance du service public. En plus des secteurs, comme l’intérieur, la justice et l’emploi, il devient urgent de réaliser la numérisation au sein des finances, de l’industrie et l’investissement, la santé et autres commerces. Ces mêmes secteurs devront constituer l’ossature du système d’information gouvernementale dans l’optique de la réalisation du projet du Cloud gouvernemental…



source: https://elwatan-dz.com/

Analyste: Abderrahmane Hadef

 expert en business développement...

A voir aussi