Algerie:1er Salon international de l’exportation et de la logistique , 8 au 10 février 2021

  • Agenda / 69 / ABI 1
  • 08 février 2021 18h06 10 février 2021 18h06 | Palais des expositions, à Alger


Algerie:1er Salon international de l’exportation et de la logistique , 8 au 10 février 2021

Salons-La Société de l’ingénierie, de l’innovation et de la prospective économique, organisera sous le patronage du ministère du Commerce, le 1er Salon international de l’exportation et de la logistique, du 08 au 10 février 2021 au Palais des expositions, à Alger.

Le Salon se tiendra en collaboration avec la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) et l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (ALGEX).

Le nombre des participants est de l’ordre de 350 exposants nationaux (producteurs, industriels, transporteurs, exportateurs…), exerçant dans  l’agriculture, l’agroalimentaire, machinisme agricole, l’emballage, transformation du papier, pharmacie et parapharmacie, cosmétiques, chimie, prêt à porter, électronique, électricité, électroménager, ainsi que les banques, les assurances, le transport, notamment la logistique, et ce, pour ne citer que ces secteurs.

La participation étrangère, sera représentée par les pays de l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du Nord. D’une manière exhaustive, nous citerons les pays invités : Cameroun, Côte d’ivoire, Gabon, Ghana, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Kenya, Lesotho, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Maurice, Mauritanie, Mozambique, Namibie, République centrafricaine, République Démocratique du Congo, République du Congo, Sao Tomé-et Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Tunisie, Togo, Zambie, Zimbabwe (pour l’Afrique) ; l’Italie, Allemagne, Belgique, Espagne, Pologne, Suède, Royaume-Uni, Norvège, Suisse (pour l’Europe), les USA et le Canada, représentant l’Amérique du Nord.

Il est attendu également l’implication d’un nombre important d’experts algériens et étrangers, qui auront à « animer des workshops sur l’échange d’expertises et de vues en matière d’exportation et de logistique, conclut le communiqué. », lit-on dans le communiqué de l’organisateur cité par Algérie presse services (APS).

Le Salon comprend aussi une journée d’affaires, BtoB, dans le but de mettre en relation, les participants, les producteurs, les exportateurs, et les logisticiens afin de permettre l’établissement d’accords commerciaux entre l’Algérie, l’Afrique et l’Europe. », précise l’organisateur dans un dépliant publié sur le site Mouchir de la CACI.

L’objectif du Salon vise, selon toujours la même source, « l’amélioration du climat d’exportation en Algérie, à travers le rapprochement de l’exportateur de l’importateur avec l’implication de tous les acteurs dans cette opération économique importante. »

Aussi, à « encourager et à valoriser les efforts consentis par toutes les parties intéressées par la création de nouveaux marchés extérieurs pour les produits algériens notamment en Afrique et ce, dans le cadre la vison stratégique des Pouvoirs publics en matière d’exportation. »

A propos de la Société de l’ingénierie de l’innovation et la prospective économique

La Société spécialisée dans l’ingénierie de l’innovation et la prospective économique, a été fondée en 2016 en tant que Société à responsabilité limitée (Sarl) et est présidée par Hichem Saidi, occupant le poste de Président-directeur général.

Ses objectifs sont la promotion de l’innovation au sein de l’entreprise Algérienne. Ils seront déclinés de manière concrète à travers un programme à court moyen et long terme qui se propose de développer l’innovation à travers le pays, et à lui faire jouer son rôle de véritable moteur de compétitivité. La création de la Société est une initiative  opportune dans la mesure où elle s’inscrit en ligne droite dans le sens des préoccupations économiques actuelles, de la politique efficiente, et les orientations des pouvoirs publics. A ce titre précisément, la Société s’inspire des divers programmes et orientations des autorités du pays car allant dans le sens des intérêts et préoccupation de l’heure à savoir ; « passer d’une économie de rente à une économie basée sur l’innovation, le savoir, et les compétences nationales. »


source: dzcharikati.net

A voir aussi