SENEGAL:RÉDUCTION DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE, Un projet pour connecter près de trois millions de Sénégalais



SENEGAL:RÉDUCTION DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE, Un projet pour connecter près de trois millions de Sénégalais

Malgré la présence de trois opérateurs de télécommunications, près de 3 millions de Sénégalais ne sont pas connectés ou le sont très mal. C’est pour y apporter des solutions que le Fonds pour le développement du service universel des télécommunications (Fdsut) a lancé, hier, le projet pilote d’accès universel (P2au).

Un accès universel. Selon le coordonnateur du Fonds pour le développement du service universel des télécommunications (Fdsut), Amadou Manel Fall, le projet pilote d’accès universel regroupe toutes les institutions engagées dans la politique publique de l’État du Sénégal en matière de service/accès universel, ainsi que les acteurs des télécommunications dûment établis souhaitant y participer. Il a pour ambition de répondre aux instructions du président de la République qui rappelait le 29 juillet 2020, l’urgence de «bâtir un Sénégal émergent à travers l’accélération de l’aménagement numérique du territoire national», a-t-il expliqué.

Ressources
Dans le détail, poursuit Amadou Manel Fall, le projet prône une nouvelle approche basée sur la co-construction où les participants mettent à disposition leurs ressources pour desservir au moins dix zones non ou mal couvertes en réseaux de télécommunications en se fondant sur le principe du partage/mutualisation des infrastructures. Afin d’inciter les opérateurs à s’installer dans ces zones où la rentabilité n’est pas très élevée, l’État du Sénégal a décidé de faire des exonérations fiscales jusqu’à 80% pour ceux qui décident de couvrir ces zones blanches, explique M. Fall.Avec plus de 235 communautés rurales non couvertes à travers le territoire, la mission s’annonce ardue. C’est ce que semble dire le directeur général de l’Artp. Selon Abdoul Ly, malgré les efforts du service universel, il reste beaucoup de chemin à parcourir notamment au regard de nos concitoyens qui n’ont pas accès à une couverture numérique et réseau. «Il y a urgence à agir. C’est pourquoi ce projet est très révolutionnaire. Même s’il n’est pas aisé, l’approche inclusive permet d’être très optimiste», a-t-il assuré.Pour Yoro Moussa Diallo, secrétaire général du ministère de l’Économie numérique et des télécommunications, dans sa volonté de promouvoir un développement inclusif, l’État du Sénégal accorde une importance capitale à l’équité territoriale. «Avec ce projet, les Sénégalais, où qu’ils puissent se trouver, auront droit au service des télécommunications», a-t-il assuré. Dans cette dynamique, le Fdsut pourra compter sur l’engagement des opérateurs de télécommunications. Pour leur représentant, Mademba Diouf, «l’accès à ces zones constitue un objectif majeur pour les opérateurs, mais certaines contraintes le rendaient difficile. Ainsi, avance-t-il, les opérateurs vont jouer pleinement leur contribution pour aider à réduire la fracture numérique». D’après Aly Koto Ndiaye, président du comité de direction du Fdsut, les acteurs ont presque l’obligation de se regrouper. «Pour un numérique pour tous et pour tous les usages à l’horizon 2024, il nous faut mutualiser nos efforts», a-t-il plaidé
.


source: lesoleil.sn

A voir aussi