SENEGAL: INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE LOCALE Le projet prend forme



SENEGAL: INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE LOCALE Le projet prend forme
Les acteurs de l’industrie pharmaceutique sénégalaise ont analysé la faisabilité technico-économique, financière, juridique, organisationnelle, technologique, environnementale et sociale du projet. C’était hier jeudi, lors d’un atelier d’orientation stratégique du projet de relance de l’industrie pharmaceutique.
 
La souveraineté pharmaceutique reste un défi et un enjeu de taille pour le Sénégal. En effet, le Sénégal est à moins de 5% du besoin en médicaments. D’où l’appel lancé le 29 septembre dernier par le président de la République Macky Sall, lors du Conseil présidentiel de lancement du Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (Pap 2a) demandant aux ministères concernés et au secteur pharmaceutique privé commercial à mettre tout en œuvre pour relancer de l’industrie pharmaceutique.

C’est à cet effet qu’un atelier d’orientation stratégique du projet de relance de l’industrie pharmaceutique a été organisé hier, jeudi 5 novembre, à Dakar par le Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal Emergent (Pse) en relation avec l’ensemble des parties prenantes concernés notamment le ministère de la santé et de l’action sociale, le ministère de l’économie du Plan et de la Coopération, le ministère du développement industriel et des Petites et moyennes industries, le secteur national et le Fonsis et le Programme des nations unies pour le développement (Pnud). Ce énième atelier intensif de haut niveau du genre a eu l’onction des décideurs des secteurs privés et publics qui évaluent dans le secteur de l’industrie pharmaceutique en vue de définir les objectifs clés, le contenu et le plan d’exécution détaillé du projet, de fixer les modalités de partenariats avec le secteur privé et de procéder à l’évaluation des besoins de financement.

A toutes ces questions, ils ont unanimement fait cas de la nécessité de s’accorder sur les contours du projet notamment la délimitation (les orientations du marché, le contenu, le sponsor du projet), la feuille de route globale pour la structuration complète du projet assorti d’un macro-planning budgétisé, les réformes afférentes, la délimitation de l’actionnariat entre autres.

«ARRIVER A PRODUIRE 50% DE LA DEMANDE PHARMACEUTIQUE»

A toutes ces questions soulevées, le Directeur général du Bureau opérationnel de suivi (Bos) du Pse, Me El Ousseynou Kane, a indiqué que «l’objectif du Sénégal est d’arriver à produire 50% de la demande pharmaceutique pour réaliser un gain de 80 milliards de francs CFA sur la balance commerciale à l’horizon 2035». Dans la même perspective, Me Kane de souligner la nécessité de mettre en place une planification claire, avec la responsabilisation de tous les acteurs et un suivi rapproché de toutes ces actions pour qu’on soit à l’abri de certains risques telles que la pandémie nous l’a révélé. Par la même occasion, il a mis en exergue la nécessité de renforcer les capacités de l’Institut Pasteur, de la Pharmacie nationale d’approvisionnement et la création des zones dédiées à la production de médicaments.

source: sudonline.sn

A voir aussi