Samir Ounzain, un Algérien à la pointe de la recherche sur l’insuffisance cardiaque

  • 04 décembre 2017 / Actualité / 54 / Africa-Bi1


Samir Ounzain, un Algérien à la pointe de la recherche sur l’insuffisance cardiaque
ENTRETIEN. Samir Ounzain est un chercheur algéro-britannique en biochimie, biologie moléculaire et cardiologie moléculaire. Ses travaux sur l’insuffisance cardiaque et la fibrose myocardique ont permis de faire une avancée majeure dans le traitement de cette maladie qui fait des millions de morts chaque année.
Sa start-up Haya Therapeutics a été primée le 16 novembre par le Swiss Innovation Forum et a été une des deux premières start-up sélectionnées pour rejoindre un pôle de recherche de pointe, à Lausanne, en Suisse.
Il a accepté de donner plus de détails sur lui-même, son entreprise, ses projets et ses rapports avec l’Algérie dans cet entretien.

Qui est Samir Ounzain ?

Je suis né à Koléa, en Algérie en 1983 et j’ai vécu à Bousmail, la ville natale de mon père et de ma famille jusqu’à l’âge de 3 ans. Mon père a rencontré ma mère, originaire de Bradford en Angleterre lorsqu’il était étudiant au Royaume-Uni. Ils sont retournés en Algérie où ma sœur et moi sommes nés avant de retourner au Royaume-Uni en 1986 pour que mon père termine son doctorat. J’ai ensuite habité au Royaume-Uni, plus précisément à Bradford, Leeds, Leicester, Essex et Londres et ce, jusqu’à l’âge de 28 ans, date à laquelle j’ai déménagé à Lausanne en Suisse.

Les travaux que vous faites sont à la pointe de la recherche sur les pathologies cardiaques. Quelle est la formation qui vous a amené à de tels travaux
Après avoir terminé l’école secondaire en 2001 à l’école William De Ferrers, South Woodham Ferrers, Essex, Royaume-Uni, je suis allé à l’Université de Leeds pour compléter un B.Sc. en biochimie avec la biologie moléculaire. Je suis ensuite passé au Département des sciences cardiovasculaires de l’Université de Leicester, dans le laboratoire de Sir Nilesh Samani, pour compléter un doctorat en cardiologie moléculaire.

J’ai ensuite déménagé pour suivre une formation postdoctorale à Great Ormond Street Institute of Child Health à l’UCL (University College London). En 2011, j’ai rejoint l’Unité de Cardiologie Expérimentale de l’Ecole de Médecine de l’Université de Lausanne (CHUV) pour poursuivre mes recherches postdoctorales et établir un programme de recherche caractérisant les rôles des ARN non codants dans le développement cardiaque et les maladies. Ici, j’ai supervisé un certain nombre d’étudiants, y compris deux doctorants qui ont obtenu leur diplôme et font maintenant des recherches postdoctorales dans des établissements d’élite en Californie.

Au sein de votre start-up, vous faites des recherches qui portent sur l’insuffisance cardiaque, une maladie très répandue qui tue des millions de personnes chaque année. En quoi consiste votre découverte ? Est-ce qu’elle apportera une avancée dans le traitement de l’insuffisance cardiaque ?

Haya Therapeutics est une société bio-pharmaceutique préclinique basée en Suisse qui découvre et développe des thérapies innovantes de ciblage de l’ARN non codantes pour traiter la fibrose myocardique et l’insuffisance cardiaque. L’insuffisance cardiaque, conséquence de la fibrose myocardique, est le plus grand tueur au monde et représente un important besoin médical non satisfait.

Il n’existe actuellement aucune thérapie ciblant directement le cœur ou le processus fibrotique lui-même. Nous avons découvert un régulateur de la fibrose spécifique à un cœur médicamenteux – le long ARN non codant, Wisper.

En utilisant notre approche exclusive de premier plan pour cibler Wisper, nous sommes en mesure de bloquer la fibrose myocardique et de traiter l’insuffisance cardiaque dans des modèles animaux précliniques. Notre mission est de prendre cette découverte révolutionnaire sans précédent du banc de laboratoire au lit d’hôpital, en aidant des millions de patients dans le monde entier.

inRead invented by Teads
C’est une toute nouvelle approche que votre découverte permet dans le traitement de l’insuffisance cardiaque ?

Avec notre connaissance croissante des causes cellulaires et moléculaires conduisant au développement de l’insuffisance cardiaque, nous avons potentiellement découvert un trésor d’approches nouvelles, innovantes et ciblées pour traiter directement les causes de cette maladie dévastatrice et non simplement soulager les symptômes.

Nous pensons que cibler les ARN non codants, comme Wisper (que nous avons découvert cette année), représente la prochaine génération d’approche thérapeutique pour aider des millions de patients dans le monde souffrant de cette maladie.

Votre entreprise est jeune mais paraît prometteuse, quels sont ses projets et ses perspectives ?

Nous sommes actuellement dans notre période de financement pour augmenter les investissements afin de nous permettre d’aller de l’avant avec des modèles précliniques de grands animaux. Ce financement et ces études précliniques nous permettront d’initier des essais cliniques chez l’homme dans les 3-4 prochaines années.

Nous sommes également ravis d’être reconnus comme les gagnants d’or par MassChallenge Suisse et récemment sélectionnés comme l’une des deux sociétés de sciences de la vie exceptionnelles à entrer dans le nouvel incubateur Biotech, StartLab, au complexe Biopole à Lausanne, en Suisse.

Votre Start-up s’appelle Haya Therapeutics, un nom qui a une connotation algérienne certaine. Pourquoi ce nom ?

HAYA-T signifie “la vie” en arabe et le but de notre compagnie est d’essayer d’apporter et de prolonger la vie aux millions de patients dans le monde souffrant d’insuffisance cardiaque qui est finalement et malheureusement une maladie mortelle sans remède pour l’instant.

Votre père est algérien, vous êtes né en Algérie mais vous avez passé une grande partie de votre vie au Royaume-Uni et en Suisse. Quels liens entretenez-vous avec l’Algérie ?

Oui, j’ai des liens très forts avec l’Algérie. La majorité de la famille de mon père, mes oncles, tantes, cousins ​​vivent toujours en Algérie, à Bousmail et je visite le pays presque chaque année pour les voir.

L’Algérie a et aura toujours une place spéciale dans mon cœur et j’aimerais aider à développer l’industrie de la biotechnologie dans ce pays. C’est le siècle de la biotechnologie et j’espère que l’Algérie participera et contribuera à cette révolution scientifique. Je serai toujours heureux d’aider et d’essayer d’être impliqué offrant mon expérience en Algérie chaque fois que possible.

Avez-vous déjà eu des contacts avec des chercheurs, des spécialistes ou des responsables algériens pour une éventuelle collaboration ?

Je propose continuellement des collaborations mais les responsables algériens n’acceptent pas. Par exemple, il y a quelques années, lors d’un grand congrès de cardiologie à Barcelone, j’ai parlé avec un médecin cardiologue algérien responsable de la société algérienne de cardiologie, mais malheureusement il ne m’a pas écouté.

Ça aurait été un plaisir pour moi de faire des communications en Algérie et de travailler avec les Algériens mais les responsables locaux ne sont pas intéressés.



source: Tout Sur l'Algérie

A voir aussi