Nigeria : une coentreprise souhaite lever 1,2 milliard $ pour investir dans le secteur électrique



Nigeria : une coentreprise souhaite lever 1,2 milliard $ pour investir dans le secteur électrique

Au Nigeria, New Hampshire Capital, FBNQuest et Kairos Investments Africa prévoit de mobilier en 3 ans, 1,2 milliard $ pour investir dans le secteur de la distribution d’électricité. L’initiative comporte son lot de risques dans un secteur où les pertes s’accumulent pour les entreprises.

Au Nigeria, une coentreprise constituée de trois structures de capital investissement prévoit de mobiliser 480 milliards de nairas (1,2 milliard $) sur les trois prochaines années pour investir dans le secteur de la distribution d'électricité. Meter Assets Finance and Management Co, prévoit de mobiliser cette ressource pour investir sur de nouveaux compteurs électriques et servir de nouveaux clients.

Ce projet est porté par New Hampshire Capital, FBNQuest et Kairos Investments Africa, des firmes d'investissement basées au Nigeria. Elles envisagent d'émettre pour 100 milliards de nairas d'obligations dès l'année 2021. L'argent mobilisé sous la forme de dette garantie par les remboursements des consommateurs sera remis aux compagnies de distribution d'électricité du pays.

Ce montage se présente comme une solution pour les distributeurs d'électricité au Nigeria qui font face à des pertes de revenus parce qu'une part importante de leurs clients bien que non connectés consomme de l'électricité. Entre 2015 et 2018, le manque à gagner a été triplé, passant de 157,1 milliards à 470,4 milliards de nairas.

Les compagnies de distribution ne sont pas toujours prêtes à mettre du cash pour investir sur de nouveaux branchements. Rappelons que très peu d'entités au Nigeria sont parvenues à mobiliser la somme de 100 milliards de nairas en émettant des obligations.

Si le secteur de l'électricité est générateur de cash, on ne peut oublier que les entreprises de distribution au Nigeria déclarent toutes, des pertes depuis 2013. La note d'information de la coentreprise en création est à suivre, surtout dans sa partie traitant des risques.


source: agenceecofin.com

A voir aussi