Maroc : Les utilisateurs d’Avito ont permis d’éviter l’émission de 400.000 tonnes de CO2

  • 03 décembre 2017 / Actualité / 39 / Africa-Bi2


Maroc : Les utilisateurs d’Avito ont permis d’éviter l’émission de 400.000 tonnes de CO2

Etude «The Second Hand Effect»

La protection environnementale passe aussi par la vente et l’achat des produits d’occasion. C’est ce que démontre l’étude Second Hand Effect du groupe Schibsted, qui permet de mesurer chaque année l’impact des transactions effectuées via Avito sur l’environnement. Bien que le commerce d’occasion fasse partie du quotidien marocain, cette pratique a un réel impact sur l’environnement comme l’attestent aujourd’hui les résultats de l’étude Second Hand Effect. Celle-ci, menée par un cabinet indépendant pour le groupe Schibsted auprès de 8 de ces sites dont Avito, permet de démontrer concrètement que ce mode de consommation est vertueux. Non seulement il bénéficie à la planète en économisant des millions de tonnes de CO2, mais il contribue à l’économie réelle en permettant d’accéder à certains biens tout en créant du lien social.

En 2016, les utilisateurs d’Avito ont permis d’économiser 400.000 tonnes de CO2 au Maroc. Ce chiffre est considérable quand il est comparé à l’équivalent de près de 3 mois sans circulation de véhicules à Madrid ou 470 vols aller/retour entre Casablanca et New York. C’est ainsi que le site qui vient de souffler sa cinquième bougie contribue au quotidien à favoriser une consommation responsable et joue un rôle majeur dans l’économie circulaire de notre pays. Chaque mois, près de 6 millions de Marocains échangent des produits d’occasion, à recycler, réparer, ou à transformer. En 2016, la catégorie Véhicule est celle qui a permis d’économiser le plus de gaz à effet de serre avec 348.000 tonnes de CO2 évitées, illustrant le caractère extrêmement énergivore de la production de véhicules en tous genres.

La catégorie Informatique et Multimédia arrive, quant à elle, en seconde position avec plus de 44.000 tonnes de CO2 économisées. Ces résultats se basent sur la méthode de calcul d’IVL. Une méthode qui se fonde sur l’hypothèse que chaque produit d’occasion vendu se substitue à la fabrication d’un produit neuf équivalent, incluant la gestion des déchets liés au produit. En analysant les produits vendus sur Avito, l’Institut suédois de recherche environnementale a extrait les données climatiques et les a calculées afin d’obtenir des équivalences en kilogrammes de CO2.

Commentant les résultats de «The Second Hand Effect» au Maroc, Zakaria Ghassouli, directeur général d’Avito, a déclaré : «Ce rapport démontre les bienfaits et l’impact que peuvent avoir des modèles de commerce d’occasion comme le nôtre partout dans le monde à travers leurs utilisateurs. L’économie circulaire se développe au Maroc, et nous confirmons notre engagement dans le développement durable».


source: aujourd’hui le Maroc

A voir aussi