Maroc : Le projet d’agences urbaines numériques réactivé



Maroc : Le projet d’agences urbaines numériques réactivé

Le projet d’agences urbaines numériques, prévu initialement cette année, devra être mis en place en 2022. Un plan d’action et d’accompagnement est en cours d’élaboration permettant de repenser et repositionner ces agences afin qu’elles soient plus efficientes, modernes et flexibles, capables d’offrir aux usagers et partenaires une plus grande valeur ajoutée. L’objectif également est de renforcer leur cœur de métier pour en faire des pôles d’excellence territoriale.


L’État réactive le projet de transformation numérique des agences urbaines. Un expert est en cours de recrutement pour l’élaboration d’un plan d’action et d’accompagnement organisationnel, technique et financier permettant la mise en place à partir de 2022 d’un modèle d’agences urbaines numériques 2.0. Ce modèle se veut un véritable accélérateur d’innovation publique à l’échelle territoriale sur la base d’une vision prospective, avec la construction d’un système de veille urbaine, comme outil de collecte d’informations, d’analyse et d’aide à la planification urbaine. L’objectif de cette transformation digitale est de repenser ces agences pour qu’elles soient plus efficientes, efficaces, modernes, ouvertes et plus flexibles, tout en offrant aux usagers et partenaires des services simplifiés et personnalisés, et ce en respectant leurs données personnelles. 
Ce chantier lancé et piloté par département de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme a également pour but de renforcer le cœur de métier des agences urbaines pour en faire des pôles d’excellence territoriale. Ceci en consolidant et en mutualisant les efforts et moyens, afin de faciliter notamment les processus relatifs à la gestion interne et aux métiers, à la qualité des services rendus et aux problématiques urbanistiques observées. «Notre département, qui vient de célébrer le centenaire de la première loi sur l’urbanisme au Maroc, est concerné aujourd’hui plus que jamais par la manière dont il doit se saisir de l’outil numérique dans sa capacité à métamorphoser nos systèmes de planification, modes de gestion, de production et d’aménagement des territoires», souligne la tutelle.

«Il s’agit donc de s’engager dans une nouvelle époque tournée vers l’avenir, en profitant des potentialités technologiques qui se présentent, afin de renouveler notre modèle d’action publique, renforcer le repositionnement des missions des agences urbaines et développer des services innovants et adaptés aux citoyens et différents acteurs au plus près de nos territoires», ajoute le département ministériel. Aux yeux des responsables, les agences urbaines – fortes de près de 35 ans d’expérience dans les domaines de la planification et de la gestion urbaine – se sont imposées comme l’outil d’ingénierie pluridisciplinaire de développement et de régulation urbaine à l’échelle territoriale. Elles sont dépositaires de données pertinentes des différentes dynamiques d’urbanisation et des études stratégiques de planification. Celles-ci font face à de multiples pressions au vu du poids de la gestion urbaine et des conflits de pouvoirs notamment, avec les collectivités locales, qui cristallisent chez les citoyens, la perception négative de la complexité administrative. Le département de l’Urbanisme s’est engagé ainsi à développer la réflexion sur le repositionnement de leurs missions dans un contexte notamment de modernisation de l’administration publique et de mise en application des nouveaux principes de la Constitution. C’est dans cette optique, que s’inscrit le projet de transformation numérique des agences urbaines qui est un prélude indispensable à leur repositionnement et au perfectionnement des politiques de leur management.
Pour le ministère, au regard de leurs prérogatives et missions, ces agences se trouvent au cœur de ce processus et constituent un lieu privilégié de veille urbaine, d’innovation, de concertation et d’échange de données entre les différents acteurs locaux. Dans ce sens, elles ont conçu et développé un ensemble d’applications et de plateformes informatiques pour moderniser les services octroyés, mieux gérer leurs métiers. Plusieurs de ces initiatives ont été primées par des prix internationaux et nationaux d’excellence.
«Cependant, ces projets dont les niveaux de progression et de maturité sont variables restent disparates et hétérogènes, faisant appel à des technologies évolutives dont la maintenance s’avère compliquée, chronophage et onéreuse. Il est donc essentiel aujourd’hui de tirer profit de ces expériences et des avancées que permet la technologie, en vue de promouvoir, structurer et accélérer la mise en place d’agences urbaines numériques 2.0», explique le département de l’Urbanisme qui planche toujours sur le recrutement d’un expert qui l’accompagnera dans l’étude et la mise en place de ce projet prévu initialement à l’horizon 2021. 


source: Le Matin.ma

A voir aussi