Maroc , Finance numérique : Le PNUD et Bank Al-Maghrib évaluent l’écosystème national



Maroc , Finance numérique : Le PNUD et Bank Al-Maghrib évaluent l’écosystème national

Le Maroc ambitionne de jouer le rôle de plateforme régionale et continentale dans la digitalisation des services financiers au service de l’inclusion financière.

Digital : A travers 100 indicateurs clés, cette évaluation a permis de mieux comprendre le niveau d’adéquation de l’écosystème de la finance numérique avec les priorités de développement du Maroc.

Le PNUD Maroc et Bank Al-Maghrib passent au peigne fin la finance digitale au niveau national. Un rapport d’évaluation de cet écosystème a été lancé lundi 8 mai à Rabat en présence d’un panel de ministres dont Aawatif Hayar, ministre de la solidarité, de l’insertion sociale et de la famille, et Ghita Mezzour, ministre déléguée chargée de la transition numérique et de la réforme de l’administration. Cette rencontre est une occasion pour l’ensemble des parties prenantes de l’écosystème de la finance digitale d’échanger sur le rôle de la finance numérique en tant que levier pour lutter contre la pauvreté, renforcer la résilience des sociétés et atteindre les objectifs de développement durable (ODD).

L’occasion étant également d’identifier des approches novatrices pour encourager l’innovation technologique et l’inclusion financière au service du développement durable. «Le thème objet de nos échanges aujourd’hui constitue un cas édifiant à cet égard. Dans un pays comme le Maroc, le digital n’est pas seulement un vecteur de compétitivité et d’efficience économiques, mais aussi un levier pour accélérer le développement social, en particulier l’inclusion financière», indique à cette occasion Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib. Dans les détails, l’évaluation de l’écosystème de la finance digitale a été amorcée une année plus tôt. Ce travail mené avec l’appui du PNUD et du Fonds d’équipement des Nations Unies a pour finalité de développer une compréhension approfondie des facteurs favorisant la digitalisation inclusive. Il a été dans ce sens procédé à l’analyse des défis et les facteurs favorisant la numérisation financière inclusive.

A travers 100 indicateurs clés, cette évaluation a permis de mieux comprendre le niveau d’adéquation de l’écosystème de la finance numérique avec les priorités de développement du Maroc. Elle inclut également une série de recommandations pour accélérer la transformation numérique au Maroc. «Ce partenariat vise à conjuguer les efforts pour la promotion de l’inclusion financière numérique, en s’alignant avec les priorités de l’Agenda de développement durable et ce, à travers l’utilisation des moyens de paiement digitaux, la digitalisation des versements des aides gouvernementales ainsi que la vulgarisation des services financiers numériques auprès des populations les plus vulnérables », explique M. Jouahri.

Et d’ajouter que «sur les 17 objectifs de cet Agenda, 13 au moins peuvent bénéficier de l’inclusion financière digitale comme le souligne l’édition de cette année du rapport lancé par Sa Majesté la Reine Máxima des Pays-Bas pour stimuler le progrès vers les ODD grâce à l’inclusion financière numérique». Lors de son discours, M. Jouahri a passé en revue les engagements du Maroc en la matière. L’ambition étant de faire du Maroc «une plateforme régionale et continentale dans la digitalisation des services financiers au service de l’inclusion financière».

Pour ce faire, le Royaume s’engage à mener une série d’actions et d’organiser des rencontres de pointe à l’instar de la conférence internationale sur les cryptos-actifs et les monnaies digitales de banques centrales que Bank Al-Maghrib prévoit de tenir le 19 juin prochain et ce dans le cadre de la route vers Marrakech qui abritera en octobre prochain les Assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale.


source: https://aujourdhui.ma/

A voir aussi