Maroc , Crédits au secteur financier : Des signes de ralentissement observés à fin mars



Maroc , Crédits au secteur financier : Des signes de ralentissement observés à fin mars

La progression des crédits à la consommation a enregistré une décélération passant de 3 % à 2,7 %.

Financement : L’évolution des crédits au secteur non financier recouvre la décélération de la croissance des prêts aux sociétés non financières privées, la quasi-stagnation de la progression des crédits aux ménages et l’accélération de celle des prêts aux sociétés non financières publiques.

Les crédits bancaires au secteur non financier affichent un ralentissement au titre des trois premiers mois de l’année. Leur rythme de croissance à fin mars ressort à 5,7 % contre une croissance de 6 % observée un mois plus tôt. C’est ce que l’on peut relever du dernier bulletin sur les statistiques monétaires. Sur les 1.038,18 milliards de dirhams de crédits accordés, le secteur non financier en détient 894,64 milliards de dirhams. Cet encours ressort en consolidation de 48,12 milliards de dirhams comparé à la même période de l’année précédente et de 1,69 milliard de dirhams comparé au mois de février 2023.

Se référant à Bank Al-Maghrib, l’évolution des concours bancaires au secteur non financier recouvre la décélération de la croissance des prêts aux sociétés non financières privées de 6,8% à 4,9%. Leur encours s’est établi à 429,01 milliards de dirhams à fin mars, en repli de 1,49 milliard de dirhams par rapport au mois précédent et en amélioration de 19,97 milliards de dirhams comparé à fin mars 2022. La banque centrale observe par ailleurs la quasi-stagnation de la progression des crédits aux ménages à 3,6 %, soit un encours global de 383,94 milliards de dirhams.

Par ailleurs, les prêts accordés aux sociétés non financières publiques se sont accélérés à 33,1 % après une croissance de 21,9 %. Leur encours a atteint à fin mars les 81,68 milliards de dirhams dont 25,94 milliards de dirhams contractés par les administrations locales et 55,73 milliards de dirhams par les sociétés non financières publiques. Par objet économique, l’évolution du concours bancaire au secteur non financier reflète la décélération de la croissance de ses différentes catégories. Avec un encours de 182,93 milliards de dirhams, les crédits à l’équipement ont progressé de 5,9 % après 6,1 % avec un ralentissement de ceux alloués aux sociétés privées de 5,7 % à 4,2 % et une accélération de ceux aux sociétés non financières publiques de 11,4 % à 14,3 %.

Par ailleurs, la croissance des facilités de trésorerie a ralenti à 10,2 % après 13,1 %, reflétant la décélération tant de celles sur les sociétés privées que publiques. De même, la progression des crédits à la consommation a enregistré une décélération passant de 3 % à 2,7 % atteignant ainsi un encours de l’ordre de 57,72 milliards de dirhams. Les crédits immobiliers se sont également décélérés de 2,4 % à 2 %. Leur encours s’est établi à 300,17 milliards de dirhams dont 51,53 milliards de dirhams accordés à la promotion immobilière et 240,62 milliards alloués sous forme de crédits à l’habitat. Le financement participatif à l’habitat s’élève quant à lui autour de 19,60 milliards de dirhams en hausse de 17,7 % en glissement annuel.

S’agissant des créances en souffrance, la Banque centrale indique que leur taux de croissance est passé de 4,6 % en février à 5 % en mars 2023. Par ailleurs, leur ratio au crédit est resté inchangé à 8,7 %. Il est à noter que les données disponibles selon une fréquence trimestrielle relatives à la ventilation des crédits bancaires par branche d’activité font ressortir une décélération de 7,5 % en décembre 2022 à 5 % en mars 2023 du crédit bancaire global.

Elle recouvre notamment un ralentissement de la hausse des concours aux entreprises des branches «Industries manufacturières», «Electricité, gaz et eau» et «commerce, réparations automobiles et d’articles domestiques», une baisse des prêts aux branches «bâtiment et travaux publics» et «Hôtels et restaurants» ainsi qu’une hausse des crédits aux entreprises du «Transports et communications».


source: https://aujourdhui.ma/

A voir aussi