Maroc: CIH Bank, Un premier semestre euphorique

  • 13 septembre 2018 / Actualité / 67 / Africa-Bi1


Maroc: CIH Bank, Un premier semestre euphorique

Le repositionnement de CIH Bank dans le paysage bancaire et le pari du numérique ont déjà un effet remarquable sur la notoriété de l’entreprise. La présentation des résultats de la banque a attiré une affluence que seules les trois majors bancaires nous ont habitué. Sur le plan opérationnel, la banque continue de recruter en masse. Elle est entrée en relation avec 137.000 nouveaux clients au premier entre janvier et juin.

La première moitié de l’année reste de bonne facture et les performances contrastent avec le discours des opérateurs économiques sur le ralentissement de l’activité.

En tout cas, sur le premier semestre, les réalisations masquent cette réalité. Les dépôts de la clientèle ont crû de 24% alors que l’encours des crédits a progressé de 12%. Hors prêts immobiliers, l’encours a bondi de 28%. Ce dynamisme permet à la banque d’améliorer la marge nette d’intérêt de 7% à 811 millions de DH.

Les revenus du groupe entre janvier et juin se sont établis à 1,1 milliard de DH en hausse de 13,7%. Les profits sur la période ont été multipliés par 2,4 à 289 millions de DH. Cette envolée intègre des éléments non récurrents. L’implémentation de la norme IFRS 9 n’a pas affecté la profitabilité puisque le coût du risque a baissé au premier semestre.

«Les provisions additionnelles liées à l’application de l’IFRS 9 se limitent à 40 millions de DH sur les deux premiers trimestres», relève Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank. En bilan d’ouverture, l’application de la nouvelle norme comptable a coûté 229 millions de DH de fonds propres, ce qui est largement absorbable. «Nous n’avons aucun souci à continuer à nous développer malgré l’IFRS 9», assure Rahhou.

Pour les emprunteurs, l’IFRS 9 se traduira par quelques changements dans la relation avec leur banque. «Les impacts éventuels concernent la tarification et les délais de réponse. La prime de risque pourrait légèrement augmenter pour les clients les moins solvables», indique le top management de CIH Bank.

Sur le premier semestre, le groupe a bénéficié du soutien de ses principales filiales, y compris la banque participative. En effet, Umnia Bank a collecté 288 millions de DH de dépôts et accordés 524 millions de DH de financements. Le produit net bancaire sur la période s’élève à 5 millions de DH.

Le retard dans la mise en place de l’écosystème de la finance participative freine le développement de cette activité. CIH Bank a mis trois fois plus que le capital minimum (200 millions de DH) requis pour son activité de banque participative, ce qui permet encore de soutenir les demandes de la clientèle.

En attendant des avancées sur les différents chantiers, les banques participatives ont la possibilité de se refinancer auprès des banques conventionnelles par le biais de mise à disposition de fonds avec des règles de rémunération définies par le Conseil supérieur des oulémas et validées par Bank Al-Maghrib.

Au-delà de l’investissement dans la banque participative, CIH Bank est candidat à la reprise d’une banque dans le même secteur en Tunisie. «Nous nous sommes concentrés sur la consolidation de notre position sur le marché marocain ces dernières années. Aujourd’hui, nous pensons que nous sommes mûrs pour investir à l’international», estime le PDG de CIH Bank.


source: L'Economiste

A voir aussi