Maroc : Aya Gold & Silver lève de nouveaux fonds pour l’expansion de son site Zgounder au Maroc



Maroc : Aya Gold & Silver lève de nouveaux fonds pour l’expansion de son site Zgounder au Maroc

Aya Gold & Silver, qui opère essentiellement au Maroc, vient de clôturer son émission d’actions pour 70 millions de dollars canadiens, l’équivalent de 55 millions de dollars américains. Ces fonds particulièrement destinés à soutenir le développement de sa mine d’argent Zgounder qui, selon le top management, n’a cessé de présenter des résultats de forage exceptionnels.

C’est fait. La société minière québécoise Aya Gold & Silver (Aya), qui opère essentiellement au Maroc, vient de clôturer son émission d’actions annoncée en août dernier. Au total, 6.830.000 actions ordinaires ont été vendues dans le cadre du placement au prix de 10,25 dollars chacune, rapportant ainsi à Aya un produit brut global de 70.007.500 dollars canadiens (l’équivalent de 55 millions de dollars américains). Ces fonds sont destinés particulièrement à soutenir le développement de sa mine d’argent au Maroc. «Aya a l’intention d’affecter le produit net qu’elle a tiré du placement à l’agrandissement de la mine de Zgounder», souligne l’entreprise canadienne. Le placement a été réalisé par un consortium de preneurs fermes dirigé conjointement par les firmes Desjardins Marchés des capitaux, de Montréal, et Sprott Capital Partners, de Toronto.
Aya, cotée à la Bourse de Toronto, se concentre sur l’exploitation, l’exploration, l’acquisition et le développement de gisements d’argent et d’or. Elle exploite actuellement la mine d’argent Zgounder à forte teneur, une coentreprise entre sa filiale, Zgounder Millenium Silver Mining SA (85%) et l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM : 15%). Son portefeuille minier comprend également le gisement polymétallique de Boumadine, situé dans les montagnes de l’Anti-Atlas, dans l’est du Maroc, qui est également une coentreprise avec l’ONHYM, dans laquelle Aya conserve une participation de 85%. En outre, le portefeuille de la société comprend les propriétés Amizmiz et Azegour, toutes deux détenues à 100%, avec des occurrences d’or, de tungstène, de molybdène et de cuivre au centre du district minier historique du Maroc. En plus de son actif minier marocain, Aya compte le projet aurifère Tijirit situé en Mauritanie, qui est en voie de passer à l’étape de l’étude de faisabilité. En août 2020, la société a lancé une étude de faisabilité en vue de l’expansion de sa mine d’argent Zgounder. 
À ce jour, assure Aya, l’étude progresse bien : plusieurs études comparatives ont déjà été réalisées. Les travaux géotechniques sur le terrain sont presque terminés et d’autres éléments importants sont programmés.
Selon Benoît La Salle, président et chef de la direction, Zgounder n’a cessé de présenter des résultats de forage exceptionnels qui étendent la zone vers l’Est et offrent la possibilité d’accroître les ressources au-delà de son enveloppe actuelle. Huit foreuses tournent sur le site de Zgounder avec pour objectif de produire 100 millions d’onces d’argent d’ici la fin 2021.
Rappelons qu’en juin dernier, Aya Gold & Silver a décroché 7 nouveaux permis d’exploration au Maroc situés dans une zone connue pour ses réserves de cuivre, d’or et d’argent. Ces permis permettent à la société de renforcer sa position foncière totale de 40% dans les zones de Zgounder et Azegour. Les cinq premiers, situés dans la zone régionale prolifique de Zgounder, dans l’Anti-Atlas entre Taliouine et Ouarzazate, portent les superficies d’exploration d’Aya de 112 à 168 km². Les deux autres permis situés dans la région d’Azegour couvrent une surface totale de 29 km². A Azegour, les permis miniers et les terrains d’exploration totalisent désormais 129 km².


source: Le Matin.ma

A voir aussi