Maroc : Après la crise, une économie plus prometteuse en 2022?



Maroc : Après la crise, une économie plus prometteuse en 2022?

Alors qu’elle arbore au terme de 2021 une posture résiliente, l’économie nationale est-elle armée pour affronter 2022? Éléments de réponse dans cette revue de presse de l’hebdomadaire La Vie Éco.

L’hebdomadaire La Vie Éco le dit d’emblée: "L’économie nationale est théoriquement en bonne posture pour affronter 2022". Selon le journal, l’économie marocaine semble avoir réussi à "tirer son épingle du jeu"depuis l’avènement de la pandémie et ses conséquences socio-économiques. Preuve en est, la posture résiliente qu’elle arbore au terme de 2021 et les signes prometteurs qu’elle renvoie pour 2022.

 

La majorité des voyants sont au vert, observe La Vie Éco sur la base des dernières données macro-économiques datées du mois de novembre dernier. Du commerce extérieure à la demande intérieure, en passant par la création d’emploi et les finances publiques, tous les indicateurs se sont significativement redressés en 2021.

 

Cette bonne posture est également confirmée par les analyses de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), citées par l’hebdomadaire. Selon cette direction relevant du ministère de l’Economie et des finances, le produit intérieur brut (PIB) va récupérer 99,5% de son niveau d’avant-crise, enregistrant l’une des meilleures performances de la région Mena. Ce pourcentage signifie que les pertes liées à la récession et aux effets de la crise pandémique seraient presque épongées.

 

Selon La Vie Éco, l’activité économique a affiché "un rétablissement progressif et significatif en 2021, à la faveur des avancées enregistrées en matière de vaccination, certes, mais aussi grâce aux mesures de relance engagées et des résultats très positifs de la campagne agricole". En témoigne, entre autres, la valeur des exportations du secteur agricole et alimentaire lors des neuf premiers mois de 2021. Celles-ci ont atteint 49,8 milliards de dirhams, soit un augmentation de 10%.

 

Les branches du secteur secondaire connaissent le même sort. D’après l’hebdomadaire, les indicateurs relatent une reprise soutenue de l’activité sur l’année 2021, notamment au niveau des secteurs du BTP (les ventes de ciment en hausse de 16,1% à fin octobre), de l’énergie électrique (la production a augmenté de 6,2% à fin septembre) et des industries manufacturières, en ligne avec l’amélioration du taux d’utilisation des capacités industrielles (+9,3 points à 72,2% à fin septembre) et le maintien de l’évolution positive du secteur extractif (la production de phosphate est en hausse de 3,3% à fin septembre).


source: m.le360.ma

A voir aussi