Le Nigeria, premier pays au monde en termes d’acceptation des cryptomonnaies



Le Nigeria, premier pays au monde en termes d’acceptation des cryptomonnaies

Une enquête internationale a révélé que les Nigérians sont ceux qui disent accepter le plus les cryptomonnaies. L’engouement pour les monnaies digitales dans le pays est tel que le régulateur des marchés financiers est intervenu.

Un nombre plus important de personnes originaires du Nigeria ont indiqué utiliser ou détenir des cryptomonnaies. C’est ce que révèle une enquête internationale organisée par la plateforme de publication des données Statista.

Cela fait de ce pays africain le premier au monde en nombre d'utilisateurs de ce système de monnaie digitale. Cette information vient confirmer celle donnée par la plateforme blockchain.com qui en août 2020, a déclaré que son plus gros portefeuille d'utilisateurs est basé au Nigeria.

La tourmente sur les marchés financiers déclenchée par la covid-19 a définitivement changé la façon dont les Nigérians voient l'ensemble du système financier. Ils sont plusieurs dans ce pays de 200 millions d'habitants à faire du trading et le manque d'opportunités concrètes doublé d’un contrôle strict de change a poussé certains à rechercher des alternatives.

Des données également obtenues sur google trend montrent que le Nigeria est en tête du peloton des pays du monde à partir desquels se font les recherches sur le bitcoin.

L'engouement des Nigérians pour les monnaies digitales a poussé le régulateur des transactions financières, la Securities and Exchange Commission, à prendre les devants et fixer les règles. Alors que partout dans le monde de la Chine aux Etats-Unis en passant par la France, les banques centrales sont en train de réfléchir ou mettre en œuvre des pilotes de monnaies digitales, en Afrique subsaharienne notamment francophone, peu de pays s'y intéressent.

Certains analystes estiment pourtant que cela permettrait de créer une monnaie parallèle et de débloquer dans la zone CFA un système monétaire étouffé par le système de parité fixe avec l'euro.

Commentant cette information, certains observateurs n'hésitent en effet pas à relever que le développement rapide des marchés de cryptomonnaies au Nigeria va de pair avec un accroissement de la criminalité financière. De leur point de vue, ce n'est pas tant que les cryptomonnaies sont acceptées dans des échanges sur les marchés nigérians, mais que des fraudeurs utilisent ce mode de paiement pour poursuivre leurs activités au niveau international.


source: agenceecofin.com

A voir aussi