Algérie:Noureddine Boudissa, DG d’Algerac,«Neuf laboratoires accrédités et évalués à partir du 15 novembre»

  • 28 octobre 2020 / Actualité / 329 / Emerging Africa


Algérie:Noureddine Boudissa, DG d’Algerac,«Neuf laboratoires accrédités et évalués à partir du 15 novembre»

Une cartographie nationale des laboratoires de contrôle de qualité, composée de 53 laboratoires, sera adoptée avant la fin du premier semestre 2021», a déclaré, à partir de Biskra, le ministre du Commerce, Kamel Rezig. Dans une déclaration à El Moudjahid, Noureddine Boudissa, directeur général de l’organisme d’accréditation Algerac, précise que dans le cadre d’un programme spécifique avec le ministère du Commerce, «nous sommes, pour la première phase, en train de préparer l’évaluation et l’accréditation à la norme 17025 de 8 laboratoires du CAC et celui de la direction générale à partir du 15 novembre prochain». Pour 2021, «ce seront 16 laboratoires du CAC et celui de Sidi Abdellah qui seront concernés». M. Boudissa cite également un décret qui exigera d’autres ministères qui disposent de laboratoires d’essais d’être agréés par Algerac». Notons, par ailleurs, que le ministre a expliqué que cette «cartographie de laboratoires permettra d'assurer le contrôle de qualité et de conformité des produits locaux et ceux importés destinés à la commercialisation». Elle englobera 45 laboratoires fixes de contrôle de la qualité et 8 autres laboratoires itinérants. Depuis quelques mois, le ministre du Commerce avait relevé l'impératif d'augmenter le nombre des laboratoires agréés dans les différents secteurs sensibles afin de contrôler les produits importés et encourager l'exportation, a indiqué le ministère dans un communiqué. Lors d'une réunion avec le directeur général (DG) de l'Organisme algérien d'accréditation (Algerac), Noureddine Boudissa, le ministre a fait savoir que son département avait procédé, en coordination avec d'autres secteurs, à la révision de certains textes de loi en vigueur, mettant l'accent sur la nécessité de reconsidérer les laboratoires publics, sans exclure bien entendu le secteur privé. Le tout s’inscrit dans l’objectif d'augmenter le nombre des laboratoires agréés dans les différents secteurs sensibles, permettre le contrôle des produits importés et encourager l'exportation. De son côté, M. Boudissa n’a cessé de clamer que sans la qualité, l’accréditation et la mise à niveau des structures, la nouvelle politique de l’export risque de ressembler à une quadrature du cercle. A ses yeux, il est important et impératif d’identifier nos faiblesses et nos carences afin d’atteindre les objectifs fixés par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune. En sus du caractère obligatoire de l’accréditation, le directeur général d’Algerac souhaite que l’arsenal juridique, qui réglemente le fonctionnement de la qualité, soit aussi mis à niveau. Il s’est tracé comme mission de saisir l’ensemble des secteurs d’activité et ministères intéressés ou concernés par l’accréditation. Pour lui, s’impose également une synergie qui va nous permettre d’atteindre l’objectif de créer un réseau national d’organismes d’évaluation et de conformité qui soient pluridisciplinaires et accrédités à Algerac.


source: el moudjahid.com

A voir aussi