Algérie: Les chambres d’agriculture appelées à assumer leur rôle d'accompagnateurs

  • 12 septembre 2021 / Actualité / 145 / Abdou klache


Algérie: Les chambres d’agriculture appelées à assumer leur rôle d'accompagnateurs

ALGER - Le ministre d’Agriculture et du Développement Rural, Abdelhamid Hemdani, a exhorté, jeudi à Alger, les secrétaires généraux des chambres d’agriculture de toutes les wilayas à assumer pleinement leur rôle en tant qu’accompagnateurs effectifs des agriculteurs et des éleveurs afin de concrétiser la feuille de route sectorielle 2020-2024 tracée par son département.

"Assumez votre responsabilité, sortez sur le terrain auprès des agriculteurs et des éleveurs et faites votre travail de sensibilisation et d’aide aux gens de la profession", a lancé M. Hemdani à l’égard de ces responsables locaux lors d’une réunion tenue au siège de son ministère dans le cadre des préparatifs de la rentrée sociale qui coïncide avec le lancement de la campagne labours-semailles pour la filière céréalière et d’autres cultures telles les produits agricoles industriels.

Tout au long de son discours, le ministre a reproché aux présidents des chambres "d’être toujours cloîtrés dans leur bureau".

"Hormis les foires et les journées d’études occasionnelles, vous êtes quasiment inexistants sur terrain", a-t-il encore dénoncé, en faisant constater que les professionnels de la filière sont livrés à eux même sans encadrement de la part de ces cadres, surtout en ces tempes difficiles (marqués par la Covid-19 et le stress hydrique).

Le ministre leur a donc ordonné de rompre avec les vielles pratiques bureaucratiques et d’être plus opérationnels sur le terrain notamment à travers les actions de sensibilisation et d’accompagnement des acteurs de la profession mais également à travers les journées de formation sur l’itinéraire technique agricoles et les mesures phytosanitaires pour améliorer la production en quantité et en quantité.

Evaluant l’état d’avancement de la mise en œuvre de la feuille de route, M. Hemdani a admis que "les résultats sont loin d’être reluisants par rapport aux potentialités existantes".

"Les indicateurs pour les meilleurs des cas sont stationnaires", a-t-il regretté, en prévenant qu’il y avait même des métiers que son secteur est en train de perdre faute d’accompagnement et de valorisation.



source: www.aps.dz

A voir aussi