Algérie: Le tourisme domestique grand bénéficiaire



Algérie: Le tourisme domestique grand bénéficiaire

La saison estivale a planté son décor, mais les vacances de cette année auront-elles la même saveur que les années précédant la pandémie de la Covid-19 ? Les agences de voyages et de tourisme en tout cas ne se sont pas relevées de cette terrible épreuve. L’offre du transport aérien est loin de répondre à la demande et plusieurs destinations touristiques demeurent inaccessibles.

Alors pour sauver la saison, elles ont jeté leur dévolu sur la destination Algérie. Des offres proposées essentiellement en agence mais surtout sur les réseaux sociaux et particulièrement Facebook. Des pôles touristiques sont proposés comme Oran-Mostaganem-Ain Témouchent ou Skikda-Annaba-El Taref et Béjaïa-Jijel. Une spécificité est à relever cette année : le budget vacances n’est plus ce qu’il était. Impactés par les incertitudes économiques, les Algériens ont l’intention de partir sous d’autres cieux moins longtemps, moins dans les destinations lointaines et dépensé moins. Le groupe public Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT) propose des formules avantageuses pour attirer la clientèle.

L’amélioration de la situation sanitaire et l’allégement des mesures de confinement augurent d’une saison estivale plus soutenue que celle de l’année précédente. Reste à savoir toutefois «si les unités balnéaires du groupe pourront exploiter leurs potentiel de manière optimale, entre les autorisations d’exploitation des plages attenantes à leurs structures et les piscines dont elles disposent».

Dans ce contexte et sur ce point précis, les hôtels privés sont aussi logés à la même enseigne d’autant qu’ils ont un point commun avec les établissements publics : rester dans la course et garder leurs parts de marché dans ce secteur. Les piscines seront-elles ouvertes ? Et les plages attenantes aux hôtels seront-elles aménagées par ces hôtels ou est-ce qu’on les laissera livrées à l’anarchie ? «L’animation et les programmes de divertissement sont des facteurs déterminants dans la réussite d’une saison estivale. Cette diversification doit toucher les différentes catégories de clientèle et les différentes tranches d’âge.»

La conjoncture actuelle nous oriente obligatoirement vers une expansion conséquente de la demande interne. «Et quand bien même les frontières seraient rouvertes d’ici là, une appréhension pour des voyages à l’étranger est prévisible en raison de craintes de nouvelles vagues de contamination», précise un cadre du HTT. Aussi, l’offre en séjours balnéaires a été identifiée, sériée et structurée de telle façon à en faire bénéficier le maximum de nationaux.

De même que des formules spéciales ont été envisagées. L’ONAT, le Touring voyage Algérie (TVA), la Fédération nationale des associations de tourisme (FNAT) et le Syndicat national des agences de voyages (SNAV) et les agences de voyages non affiliées à fort potentiel sont des partenaires privilégiés pour la commercialisation, selon le groupe. Au niveau de l’EGT Tipasa, les réservations ont été lancées selon des tarifs étudiés, explique Boudouma Mohamed, directeur général de l’EGTT.

Advertisements

Le complexe touristique Tipasa-Village (ex-CET)a bénéficié d’une opération de modernisation complète et de numérisation selon des normes internationales. Le but est de satisfaire les familles avec des prix raisonnables. «Il est prêt à accueillir les estivants dans de bonnes conditions avec une capacité de 1030 estivants en une journée.»

Tout en respectant le protocole sanitaire», selon Amir Adem Rouchiche, directeur du complexe Tipasa – Village qui précise que «l’opération de réhabilitation a touché toutes les structures du complexe ; hébergement, restauration, espaces verts, espaces de loisir». Il se prépare à recevoir les clients en quête de repos et de dépaysement dans le féerique décor bleu de la méditerranée. L’empreinte de Fernand Pouillon est partout : l’endroit est l’archétype du village de vacances méditerranéen avec murs blanchis à la chaux, volets bleus et loggias ombragées et… le pied dans l’eau. «Son architecture est pensée, touriste, plongée dans une pièce de théâtre qui dure quinze jours, se promène en changeant de scène, de tableau, de plateau.»

La grande évasion estivale

Le complexe de la Corne d’Or est également considéré comme l’un des complexes touristiques les plus importants et les plus beaux d’Algérie. Outre la réhabilitation de certains bungalows, il a été procédé à l’aménagement des plages et des espaces verts. Sa capacité d’accueil est de 220 lits (les résidents) et il est prévu des formules d’accès par jour à la plage ou au restaurant avec un parking qui peut recevoir 200 voitures.

L’EGT Zéralda, un complexe touristique composé de 3 unités (Les Sables d’Or, Le Mazafran et le Centre touristique), a une capacité d’accueil de 1800 lits.Arezki Touati, directeur général de l’entreprise de gestion touristique de Zéralda, qui se lance le challenge de réussir la saison estivale, en permettant aux Algériens de profiter de cette période pour se ressourcer et se retrouver en famille dans un cadre agréable. La réouverture de l’hôtel Les Sables d’Or est imminente.

La politique des prix a été bien étudiée, au départ, il y aura des produits d’appel, ce qui permettra au maximum de personnes de profiter des services et de connaître l’hôtel, les tarifs promotionnels pour la période estivale sont préférentiels avec une chambre simple en demi-pension à 11 000 DA, la chambre double est à 15 500 DA en demi-pension, la suite junior 2 pax est à 17 000 DA en demi-pension et la suite senior 4 pax est à 28 000 DA en demi-pension. L’ONAT a investi le créneau des résidences dans plusieurs régions : Souk El Tnine Béjaïa, appartement pour 6 personnes à 55 800 DA (8 jours/ 7 nuits) et résidence le Voilier Oran pour deux personnes à 25 200 DA.

Cette saison sera plus marquée par un tourisme balnéaire et pour les familles, la formule long week-end est très tendance à cause du coût. Pour les jeunes, le camping sauvage marque son retour en force, surtout dans les plages paradisiaques de Skikda, Jijel, Mostaganem et Tlemcen. Les excursions sont aussi aux rendez-vous pour les seniors et les couples avec enfants. La formule long week-end est due à la chute du pouvoir d’achat, les gens qui partaient pour un mois de vacances ont réduit leur séjour à 4 jours maximum.

La plupart des agences de voyages et de tourisme proposent des courts séjours package dans les établissements hôteliers les plus connus, comme les Hammadite ou Le Thais (Béjaïa), Seraïdi ou Sabri à Annaba, Doriane à Témouchent ou Dar El Ikram à Beni Haoua. Ce qui risque de retarder l’élan de la saison estivale est la mobilisation des établissements HTT pour le confinement, alors qu’ils avaient l’habitude d’absorber un bon nombre de touristes et plusieurs agences ont été obligées d’annuler leurs offres pour les Andalouses ou Zéralda, en plus du complexe Tipaza village, ex-CET qui était très attendu par les estivants.


source: https://www.elwatan.com

A voir aussi