Algerie:La production d’énergies renouvelables a progressé en pleine pandémie, résistant mieux que celle liée au nucléaire



Algerie:La production d’énergies renouvelables a progressé en pleine pandémie, résistant mieux que celle liée au nucléaire

La production d’énergies renouvelables a progressé en pleine pandémie de Covid-19, résistant mieux que celle liée au nucléaire, qui a reculé face à une baisse de la demande, souligne un rapport diffusé jeudi.

Au 1er trimestre 2020, « le déploiement et la production d’énergies renouvelables ont mieux résisté aux effets de la pandémie (…) que le secteur de l’énergie nucléaire », a relevé l’édition 2020 du World Nuclear Industry Status Report, un rapport annuel rédigé par Mycle Schneider, membre du réseau antinucléaire WISE. Sur cette période, la production d’énergies renouvelables a progressé d’environ 3%, tandis que leur part relative dans la production mondiale a augmenté de 1,5 point de pourcentage.

Selon les auteurs, cette hausse s’explique essentiellement par une progression « à deux chiffres du pourcentage d’énergie éolienne et d’un bond de la production d’énergie solaire photovoltaïque (PV) issue de projets installés au cours de l’année précédente ». La production nucléaire a en revanche diminué « d’environ 3% » sur la période, en réponse à la baisse de la demande et parce que moins de réacteurs étaient opérationnels dans certaines régions.

La Covid-19 « est la première pandémie de cette ampleur » dans l’histoire de l’énergie nucléaire, a souligné le document. Sur l’année 2019, la part de la production d’électricité à partir des énergies renouvelables (hors hydroélectricité) dans le mix électrique a même dépassé pour la première fois celle de l’énergie nucléaire (10,39% contre 10,35%). L’impact à moyen terme de la pandémie sur le mix énergétique est toutefois « loin d’être clair », selon le rapport.

Toujours en 2019, la production annuelle d’électricité nucléaire a augmenté : elle a atteint 2 657 térawattheures nets (TWh), soit une progression de 3,7% par rapport à 2018 « et seulement 3 TWh de moins que le pic historique de 2006 », peut-on lire dans le rapport. La moitié de cette hausse est liée à une augmentation de plus de 19% de la production nucléaire chinoise.

afp



source: Algérie eco

A voir aussi