Algerie:Industrie automobile en Algérie , Emin Auto et JAC premiers soumissionnaires



Algerie:Industrie automobile en Algérie , Emin Auto et JAC premiers soumissionnaires

Maintenant que les nouvelles règles sont fixées pour l’investissement dans le secteur automobile en Algérie, c’est le chinois JAC avec son partenaire algérien Emin Auto qui sont les premiers à avoir soumissionné leur dossier pour l’obtention des agréments auprès du ministère de l’Industrie.

Selon l’information rapportée dimanche par le quotidien « Le Soir d’Algérie » (LSA), citant une source auprès de Emin Auto, c’est le chinois JAC qui a manifesté son intérêt pour le marché algérien en renouvelant la confiance en son partenaire Emin Auto en lui accordant une concession pour une durée de six ans.

Toutefois, la même source affirme que les investisseurs n’ont pas encore reçu le récépissé suite à leur dépôt, ainsi le ministère veut prendre un peu de temps pour l’étude du dossier, « sachant que  l’article 10 de ce même texte, fixe un délai maximal de 30 jours d’attente avant l’obtention de l’autorisation provisoire ».

La non délivrance d’un récépissé est motivée aussi explique LSA par un projet de création d’une plateforme numérique qui aurait dû être prête avant la publication de ce document. Il en est de même pour le comité technique interministériel censé étudier et donner un avis sur les différents projets proposés par les postulants et qui ne serait pas encore constitué.

Un complexe de 100 000 unités par an

Le projet déposé par Emin Auto et son partenaire porte sur la production industrielle et l’importation et la distribution de véhicules neufs de la marque JAC.  Selon la même source, des taux d’intégration importants seront pris en considération dans le projet et toucheront le « châssis avec le marquage sur site, du numéro d’identification mondiale propre à l’usine en Algérie (WMI), la carrosserie, la soudure avec une qualité et une précision assurée par une armée de robots, l’atelier de peinture robotisé et un système de contrôle, de vérification et d’essai de nature à réduire à néant les imperfections ».

Pour réaliser cela, les investisseurs prévoient la création, au sein de l’usine d’un réseau de plusieurs unités de sous-traitance en partenariat entre équipementiers chinois et leurs partenaires algériens et qui assureront l’approvisionnement des chaînes de fabrication, dès leur lancement. Ainsi, le taux de 30% exigé par le texte officiel serait, alors, largement respecté.

S’agissant de la capacité de production de l’usine elle sera de l’ordre de 100 000 unités/an. Cependant,  durant la phase de démarrage deux modèles seulement seront proposés aux clients, le JAC 1040 S, un camion de moyen tonnage, et le tout nouveau Bosseur, un utilitaire léger.

Pour ce qui est lié à l’importation de véhicules neufs, la société algérienne Emin Auto et son partenaire JAC prévoient de garantir une distribution de plusieurs gammes à savoir  des pick-up, des fourgons, des camions de différents tonnages, etc…



source: Algérie eco

A voir aussi