Algérie-Finances : La levée de gel sur les projets ne concerne que les secteurs prioritaires

  • 21 février 2019 / Actualité / 151 / Africa-Bi1


Algérie-Finances : La levée de gel sur les projets ne concerne que les secteurs prioritaires

La levée de gel sur des projets, dans le cadre des mesures d'austérité prises par le gouvernement, "ne concerne que certains secteurs prioritaires, dans une première étape, comme l'Education nationale, la Santé publique et l'Enseignement supérieur", a tenu à préciser le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, qui a effectué lundi une visite d'inspection et de travail dans la wilaya de Bouira. 
Le ministre, qui a visité et inauguré quelques structures financières relevant de son secteur, a expliqué à la presse que la levée de gel "ne concerne actuellement que les secteurs de l'éducation nationale, la santé publique et l'enseignement supérieur", avant d'ajouter que l'opération allait toucher, dans les prochains mois, d'autres secteurs et ce, "en fonction de l'amélioration de la situation financière du pays". Le ministre, qui a inauguré dans l'après-midi un nouveau siège de l'agence commerciale de la Banque de l'agriculture et du développement rural (BADR) située à la rue Abane Ramdane de la ville de Bouira, a expliqué que cette opération s'inscrivait dans le cadre de la modernisation des banques et l'amélioration de ses services au profit des clients. A propos du financement non conventionnel décidé par le gouvernement dans le cadre des mesures d'austérité, M. Raouya a indiqué que ce projet suivait son cours. "Le financement non conventionnel suit son cours et il obéit à des objectifs bien précis. Il a pour objectif de couvrir le déficit budgétaire et les créances des deux grandes entreprises nationales Sonatrach et Sonalgaz, ainsi que promouvoir un peu les montants relatifs au Fonds national des investissements". 
"L'Algérie connaît en cette année 2019 un déficit budgétaire de l'ordre de 2000 milliards de dinars et le financement non conventionnel pourra donc couvrir un peu ce déficit", a-t-il expliqué aux journalistes, tout en assurant que les mesures d'austérité prises par le gouvernement face à la baisse des prix du pétrole avaient amorti un tant soit peu la crise. "Nous sommes sur une trajectoire soutenable, il y a une résilience de l'économie algérienne avec un taux de croissance relativement assez appréciable et un taux d'inflation de 4,5 %", a ajouté M. Raouya, qui a visité également un centre des impôts mis en service il y a quelques mois de cela. Accompagné du Président-directeur général de la BADR, Boualem Djebbar, et des autorités locales de la wilaya, le ministre a visité également le projet de réalisation du groupe régional d'exploitation de la BADR, dont les travaux connaissent un taux de réalisation appréciable, selon les détails recueillis sur place. "Ce groupe régional est composé de trois sous-directions, dont la première assure la réalisation et le suivi des objectifs liés aux performances commerciales et financières assignés à chaque agence et à l'encadrement de la démarche commerciale", ont expliqué les responsables locaux de la BADR au ministre. 
M. Raouya a inspecté aussi le nouveau siège de la Trésorerie publique de la wilaya de Bouira, réalisé pour une enveloppe financière de plus de 35 millions de dinars, selon les détails fournis au ministre sur le site de cette nouvelle structure. 
Le ministre des Finances a également visité le nouveau siège du contrôle financier de la wilaya, réalisé pour un montant de plus de 90 millions de dinars et inauguré en mars 2015.
 


source: LE MAGHREB

A voir aussi