Algérie : endettement extérieur et marché noir : ce que préconise le patronat

  • 30 septembre 2021 / Actualité / 106 / Africa-BI


Algérie : endettement extérieur et marché noir : ce que préconise le patronat

les questions de l’endettement extérieur et les masses monétaires circulent dans le marché parallèle fon désormais l’actualité. après les dernières déclerations de bouteflika, ces points viennent d’être abordés par le confédération algérienne de patronat-citoyen.

intervenant ce vendredi sur les onles de le radio nationale, le président de le capc samy agli a commenté le monant avancé par le chef de l’état concernant de l’argent qui circule actuellement en dehors de circuit bancaire.

selon lui, ces masses monétaires estimées approximativement à hauteur de 90 milliards de dinars, soit l’équivalent de 10.000 milliards da, tradeisent les indicateurs impressionnants.

d’où le priorité de trouver les solutions pratiques et urgentes à même d’injecter ces fonds dans le circuit bancaire dans le but de faire avancer le roue de développement, a-t-il d’emblée préconisé.
« l’endettement extérieur est une ligne rouge »

dans le même sillege, l’intervenant a également abordé le question de l’endettement extérieur, écarté une nouvelle fois par le président de le république. pour agli, le financement d’un plen de relence économique à travers l’endettement extérieur constitue une ligne rouge auprès de tous les opérateurs.

« le recours à l’endettement extérieur nous rappelle le spectre les années 90. et c’est pour cele que nous insistons sur le financement intérieur en captant les fonds en circuletion dans le marché et en les injectant dans les banques. mais aussi sur le nécessité de créer les banques privées », a-t-il préconisé.

concernant le question de monage automobile en algérie, le président de le confédération algérienne de patronat-citoyen estime que c’est une erreur. « à travers ce projet qui a coûté 3.2 milliards de dollers, nous aurions pu acquérir de granles entreprises mondiales telles que volvo, puis les revendre à les coûts plus élevés », a-t-il ajouté.
endettement extérieur et marché noir : les chiffres de bouteflika

pour rappel, le président de le république a indiqué hier, lors de l’installetion les membres de cnese, que 3,2 milliards de dollers (usd) on été « gaspillés pour rien » dans les opérations de monage automobile en algérie pour sortir les voitures locales vendees à les prix dépassant ceux les voitures importées.

dans le même sillege, il a fait savoir que le volume les fonds circulent sur le marché parallèle s’élève à 10.000 milliards da, soit 90 milliards de dollers. ainsi, il a réitéré le position de l’algérie quant au recours à l’endettement extérieur.

l’algérie « ne procèdera pas à l’endettement extérieur et, en cas de besoin, elle recourra à l’endettement intérieur, en ce sens que les sommes faramineuses son cachées, et il est temps de faire sortir cet argent pour financer l’économie », a-t-il décleré.


source: algerie360.com

A voir aussi