Algerie:E-Paiement , L’écueil de l’orientation de la masse monétaire



Algerie:E-Paiement , L’écueil de l’orientation de la masse monétaire

Le paiement électronique n’arrive toujours pas à effectuer son décollage. Si son obligation et sa généralisation dans plusieurs espaces commerciaux ont été annoncées voilà trois mois par le ministre du Commerce,  sur le terrain, il y a loin de la coupe aux lèvres.

Le paiement  cash domine encore. Nécessaire certes, cette démarche ne semble pas être exempte de risques qui imposent vigilance et prudence. A ce sujet, Karima Manser, de l’Université de Boumerdès, indique qu’en dépit de ses avantages par rapport à la monnaie traditionnelle, notamment en ce qui concerne la baisse des coûts de transactions et le dépassement des frontières géographiques et horaires, l’E-paiement pose la problématique de la maîtrise de la masse monétaire qui circule et son orientation. Enchaînant, elle indique que le développement de ce mode de paiement peut conduire à de graves dérapages inhérents à la stabilité des prix et la politique économique en général.
Dans son analyse, l’universitaire souligne que le monopole de l’émission monétaire risque de passer de la banque centrale aux banques commerciales, avec comme corollaire la difficulté de gérer la masse monétaire. Notons que le ministre du Commerce avait expliqué que le recours au E-paiement à travers les terminaux de paiement électronique (TPE) devra dans un premier temps «se généraliser au sein des professions libérales et des grands espaces commerciaux du pays, notamment les marchés; les grandes surfaces, les grossistes et autres places où circule quotidiennement l’argent en cash». Quant à son collègue au gouvernement, chargé des Finances, il a appelé les citoyens à utiliser les moyens de paiement scripturaux, et fait état de la préparation d’une stratégie multisectorielle (Finances, Poste et Commerce) pour développer les moyens de paiement électronique et faire obligation aux grands espaces commerciaux à forte affluence, tels que les pharmacies et les supérettes de se doter des TPE. Par ailleurs il convient de rappeler qu’Algérie Poste vient d’annoncer le lancement d’un nouveau service de paiement électronique, via le QR CODE, « Barid Pay». Ce nouveau service dépend d’un système bidimensionnel QR CODE. Le paiement via le nouveau service « Barid Pay » s’effectue en copiant le code « QR » attribué au commerçant via l’application «BaridiMob». L’opérateur public explique que l’une des conditions pour utiliser cette technologie, le commerçant doit s’inscrire en déposant un dossier au niveau d’Algérie Poste. Le client doit être titulaire du compte CCP et de la carte « Edahabia », avec l’obligation de déclarer son numéro de téléphone à Algérie Poste. S'agissant des transactions effectuées et des secteurs concernés, 76.601 transactions ont eu lieu durant les cinq premiers mois de 2019, totalisant un montant de 150,48 millions de dinars, soit une hausse de 5% par rapport à la période janvier-mai 2018 et de 71% comparativement à la même période en 2017. Cette augmentation a été tirée principalement par les transactions dans le domaine des prestations de service (réservation d'hôtels, frais de visa...), lancées en février dernier, avec 1.321 transactions, ainsi que les services administratifs (registres de commerce, CNAS...) qui ont enregistré une hausse de 181%.


source: el moudjahid

A voir aussi