Algérie : Climat des affaires, accès au foncier, exportations, paiement des créances...; Les concessions du gouvernement

  • 10 septembre 2017 / Actualité / 482 / Emerging Africa


Algérie : Climat des affaires, accès au foncier, exportations, paiement des créances...; Les concessions du gouvernement

Le nouveau plan d'action du gouvernement contient plusieurs mesures en vue de relancer l'économie nationale. Gouvernance commerciale, développement des énergies renouvelables, amélioration du climat des affaires, exportations hors hydrocarbures et accès au foncier sont autant de chapitres figurants dans ce document qui sera présenté prochainement aux membres du parlement. 

Pour la modernisation de la sphère commerciale, le gouvernement prévoir un assainissement des activités commerciales dans le cadre de la loi et au bénéfice des consommateurs, de concourir à la promotion de la production locale, à l'abri des fraudes diverses, y compris lors des importations et de participer à la restauration de l'équilibre de la balance des paiements.
En ce qui concerne la régulation du marché, le Gouvernement fera appel aux investisseurs privés pour améliorer les circuits de la grande distribution garante d'approvisionnements réguliers et transparents.
Le Gouvernement compte travailler notamment à l'amélioration du contrôle de la qualité des produits aux frontières et à travers les circuits commerciaux pour prévenir les risques sanitaires.
Quant à la régulation du commerce extérieur, les capacités et instruments de l'Administration des Douanes seront renforcés afin d'éviter la fraude et la surfacturation, avec le concours d'organismes internationaux de vérification des prix et à la sanction des importateurs fraudeurs. Les mesures destinées à réduire la facture des importations seront aussi envisagées.
Dans le chapitre de la promotion des exportations hors hydrocarbures, le gouvernement veut accroitra son action incitative aux exportations hors-hydrocarbures, à travers notamment, la mise en place de mesures et dispositifs appropriés, parmi lesquels, un mécanisme d'assurances des exportations, d'accompagnement en matière de crédits adaptés et des incitations à la prospection de marchés extérieurs pour le produit algérien. Dans le domaine des énergies renouvelables, il est envisagé d'entretenir et d'exploiter davantage les stations d'enfouissement de déchets et des stations de traitement des eaux usées.
La promotion des énergies nouvelles et renouvelables sera menée, notamment avec des programmes publics incitatifs aux initiatives et investissements privés dans ce domaine. La poursuite de l'amélioration de l'environnement des affaires figure également parmi les priorités du gouvernement. L'Etat s'encourage à ce titre à faciliter l'investissement dans tous les secteurs, et ce par le biais des partenariats publics, privés, et mixtes.
La réalisation des programmes d'équipements publics validés ces dernières années sera maintenue, avec la précaution d'approfondir les études des projets différés. Le Gouvernement souhaite aussi stabiliser le cadre juridique et règlementaire de l'activité économique, de sorte à donner de la visibilité aux opérateurs.
Il travaillera également à la levée des entraves et pesanteurs bureaucratiques qui persistent
sur le terrain, au détriment de la dynamique de l'investissement.
A ce titre, et à l'exception des projets d'investissements majeurs et des investissements avec des partenaires étrangers qui demeureront du ressort des organes nationaux en charge de l'investissement, les procédures et autorisations liées à l'investissement seront décentralisées au niveau des wilayas. Au titre de l'accompagnement des entreprises, le programme de mise à niveau des petites et moyennes entreprises sera relancé. On annonce aussi «un effort substantiel» qui sera engagé pour accompagner les «Start up» ainsi que le développement des très petites entreprises nées des dispositifs ANSEJ et CNAC.
Le gouvernement veillera à l'assainissement diligent des créances détenues par des opérateurs économiques sur les démembrements de l'Etat à la suite de retards de paiements
des réalisations, ainsi que des fournitures de biens et de services.
Pour l'accès au foncier, le gouvernement va relancer la réalisation progressive des 50 nouvelles zones industrielles à travers 39 wilayas, avec des crédits de long terme mobilisés par le Fonds National de l'Investissement. La réalisation et la gestion des zones industrielles fera l'objet, selon le document, d'une approche nouvelle, y compris à travers la concession aux opérateurs locaux disposés à investir dans ce domaine, avec une qualité de services adéquate.
En dépit des difficultés actuelles au niveau des finances publiques, le Gouvernement maintiendra aussi les différents avantages édictés par le Code des Investissements au profit des investisseurs. Cette dépense fiscale est considérée comme un placement dont la collectivité nationale recueillera les fruits, en termes de création d'emplois, de futures recettes fiscales additionnelles, et de participation au redressement de la balance des paiements. Globalement, on constatera que le nouveau gouvernement veut garantir une stabilité quant à sa politique économique et offrir les meilleurs conditions d'investissement aux opérateurs nationaux et étrangers.
 


source: Le Temps