Alger;50% des commerçants ont un registre électronique Le directeur du centre du registre l'a fait savoir hier

  • 29 août 2017 / Actualité / 463 / Emerging Africa


Alger;50% des commerçants ont un registre électronique  Le directeur du centre du registre l'a fait savoir hier

Des exemples flagrants existent en effet pour prouver que l'aide existe, mais se transforme parfois en cauchemar. 
Ils sont près de 40.000 opérateurs de diverses activités commerciales et économiques à posséder un registre du commerce électronique. Sur les 80.000 en activité, la moitié est passée à la version électronique depuis le lancement de l'opération. Les chif-fres ont été donnés hier par le directeur du Centre du registre du commerce lors de la journée portes ouvertes qui s'était tenue au niveau de la Maison de la culture Mouloud-Mammeri deTizi Ouzou.
Le même responsable a précisé que la wilaya de Tizi Ouzou est actuellement à 50% de l'avancement de l'opération de passage au registre électronique. C'est la 3e wilaya, après Alger et Sétif, à titre d'exemple, à doter les commerçants de ce document très pratique. Ce document électronique, ajoute l'orateur, est plus sécurisé que l'ancienne version papier. Aussi, à l'effet d'accélérer davantage la cadence, le directeur a appelé les commerçants ayant un registre du commerce daté entre 1999 et 2014 à se rapprocher de ses services afin de se faire délivrer un registre du commerce électronique.
Dans sa politique de facilitation de l'accès au registre du commerce, l'Etat a, selon le directeur du commerce de la wilaya de Tizi Ouzou, instruit les directions de rendre plus facile l'accès au registre aux jeunes bénéficiaires de prêts dans le cadre des dispositifs d'aide à l'emploi des jeunes comme l'Ansej, l'Anem et l'Angem. Ces derniers peuvent se faire délivrer un registre sans posséder une domiciliation. Il est à rappeler toutefois que même si de ce point de vue le mécanisme est porteur, il n'en demeure pas moins que le dispositif ne fonctionne pas par la suite à cause de l'absence de coordination entre les différents organismes.Des exemples flagrants existent en effet pour prouver que l'aide existe, mais se transforme parfois en cauchemar. Nous avons à cet effet accueilli une promotrice Ansej dont l'activité de la broderie industrielle est domiciliée à la pépinière, rue Abane Ramdane, qui a été estée en justice par la direction du commerce pour activité sans registre. La promotrice n'a pas pu se faire délivrer le registre. Contrainte par la banque et l'Ansej de rembourser le prêt, cette dernière s'est lancée dans l'activité avant la délivrance de ce document. Actuellement elle est traquée par les huissiers lâchés par la banque, la direction du commerce et l'Ansej comme s'il s'agissait d'une chef de la maffia.
Enfin, notons que la wilaya de Tizi Ouzou possède une activité commerciale fonctionnant avec un tissu très dense. Pauvre en matière d'industrie, l'activité principale se résume en de petits commerces et en services. Pour en revenir aux facilitations, il convient de rappeler que la direction s'est étendue à travers plusieurs daïras. Ces opérations de décentralisation ont touché la daïra d'Azazga dont l'antenne du registre du commerce est entrée en activité depuis février 2017.
 


source: l'expression

A voir aussi