50 000 entreprises activant dans le domaine des travaux publics déclarent la faillite Les entrepreneurs demandent au "futur président" de lever ...

  • 04 décembre 2019 / Actualité / 100 / Africa-Bi1


50 000 entreprises activant dans le domaine des travaux publics déclarent la faillite Les entrepreneurs demandent au "futur président" de lever ...

tandis que 350 000 autres font face à des conditions financières difficiles, compte tenu du gel des appels d'offres et des nouveaux projets depuis le début du mouvement populaire le 22 février dernier.
Les entrepreneurs demandent aux autorités publiques d'intervenir en urgence pour signer de nouvelles décisions en matière d'appels d'offres dans les municipalités, les wilayas et d'autres autorités locales, considérant que le dégel des dossiers de projets et de prêts doivent être le premier dossier déposé sur la table du futur président de la République, sachant que de nombreux entrepreneurs ont procédé à des licenciements.
La situation actuelle s'est détériorée, de plus en plus, pour les entrepreneurs privés, et ce, même que leurs dues ont été payées au dernier centime. Malgré ceci, les entreprises n'ont pas pu faire face à la crise, suite à l'absence de projets et du gel des appels d'offres " "Nous ouvrons les journaux, et nous consultons les sites-web, et nous ne trouvons aucune appel d'offres pour des entrepreneurs privés. A cet effet, nous avons proposé d'engager des dialogues avec les autorités pour sauver ces institutions, qui emploient 1,7 million de personnes, mais malheureusement en vain ", précise l'adjoint du secrétaire de la confédération algérienne des entrepreneurs, Zakir Fezzaz. Fezzaz précise que " le premier dossier économique qui doit être ouvert par le nouveau président algérien élu le 12 décembre, est la levée du gel des projets et des appels d'offres, afin de permettre aux entrepreneurs de remettre leurs institutions sur pied et de les sauver de la crise financière qui s'est intensifiée au cours des 10 derniers mois ", a-t-il dit.
Et de poursuivre " les ateliers ouverts, signés avant février, continuent d'être actifs. Cependant, aucun nouvel atelier n'a été ouvert en raison du gel des signatures de projets tandis que le gouvernement actuel gère des affaires et n'entreprend pas de nouveaux projets. "
Selon les dires de Zakir Fezzaz " cette crise financière a obligé la plupart de ces institutions à procéder aux licenciements des ouvriers, alors que le nombre moyen des employés d'une petite entreprise dans le domaine des travaux publics est estimé à 5 travailleurs. De nombreuses entreprises abandonnent leurs travailleurs à cause de l'absence de nouveaux projets… "
Cela intervient à un moment de stagnation de l'économie nationale après le gel des projets et des appels d'offres, ainsi que le gel des réunions des comités des études au niveau des banques à la suite de l'ouverture des enquêtes liées à des affaires de corruption, qui ont touché un grand nombre d'hommes d'affaires.


source: LE MAGHREB

A voir aussi