15 inventeurs récompensés à Annaba



15 inventeurs récompensés à Annaba

Les clubs scientifiques Enigma et AML, des écoles supérieures Esti Annaba(Ecole supérieure de technologies industrielles (Esti) et Ecole supérieure des sciences de gestion (Essg) Annaba ont organisé ce dernier week-end, la seconde édition de la startup wee-kend University Annaba
Cent-vingt étudiants et élèves ingénieurs de différents établissements universitaires du pays ont participé à cette manifestation. Il s'agit de concrétiser une idée de projet en startup, et cela en 54 heures. Ces porteurs de projets sont encadrés par une dizaine de coach aguerris. L'objectif des initiateurs de la rencontre est de développer chez les étudiants l'esprit entrepreneurial et de les préparer à la vie professionnelle. L'événement sponsorisé par des entreprises et organismes locaux et nationaux a été clôturé trois jours après avec l'évaluation des différents projets de création de startups par un jury d'experts.
Des prix ont été remis aux lauréats. Ils étaient plusieurs dizaines à s'intéresser à ce qu'ils souhaitaient voir se matérialiser dans un domaine ou un autre de la technologie qu'ils maîtrisent le mieux dans l'e-communication. Y compris dans les petites activités qui fleurissent dans nos quartiers et grandes villes. Ce qui a imposé à Messaoud Djeghaba, un des initiateurs de la manifestation, d'être au four et au moulin. Autant que beaucoup d'autres de ses confrères, il devait répondre aux besoins en informations et conseils des startups.
Leur permettre éventuellement de créer des entreprises et trouver des solutions pour gérer leurs problèmes de création de petites entreprises. Notamment celles spécialisées dans la fabrication de moyens spécifiques ou même de petites activités en e-commerce. C'est le cas de celles exposées à Ecole supérieure de technologies industrielles de la Plaine Ouest. Il s'agit de la création d'un drone très stable en vol, grâce à un système de stabilisation qui lui autorise un bon équilibre.
Bien que quelque peu vagues dans leur approche à nos questions, nos interlocuteurs ont parlé de drone à autonomie de vol de plusieurs minutes. Il permet de faire des prises de vue. La télécommande est assez intuitive d'utilisation. Cette solution, nous a-t-on précisé vient révolutionner la manière dans la gestion du suivi du développement agricole, de l'élevage et autres activités chez nous. Il reste que la prolifération des e-commerces de proximité impose l'urgence de créer des solutions pour leur gestion.
Ainsi, plusieurs startups et entreprises dans le domaine des technologies de l'information et de la communication n'ont cessé d'imaginer et de rendre disponible des solutions. Elles vont à coup sûr permettre aux petits commerçants de gérer au mieux leurs finances. Ces solutions devraient donc s'adapter très facilement à la diversification des secteurs d'activités. Du côté de l'Esti, lancer une activité de proximité n'est plus un casse-tête.
Au même titre que d'autres pays, cet établissement du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique est à même de répondre aux sollicitations des étudiants. Y compris ceux ne sachant pas s'y prendre pour réussir leur projet. Comme cela a été relevé ces trois derniers jours à Annaba, il a fallu quelques conseils et astuces pour matérialiser une quinzaine de projets d'une technologie avancée telle que, outre le drone, une canne savante.
C'est dire que grâce aux startups, de nombreuses opportunités sont aux portes de nos chercheurs. A Annaba, sous l'impulsion de Messaoud Djeghaba et ses confrères, plusieurs plate-formes de recherches technologiques renseignent sur les premiers pas franchis par les startups algériennes. Avec la puissance d'internet et des réseaux sociaux, l'on peut facilement aller à la conquête de potentiel client des projets de hautes tehnologies. Cette startup d'Annaba, la 2ème du genre, et ses 15 acquis en e-informatique semble être une alerte à destination des autorités nationales pour les amener à lancer une large réflexion. Particulièrement celles de stimuler le potentiel des infrastructures en télécommunication jusqu'ici limitées au simple téléphone portable. Il reste que, malgré tout dans notre pays, les activités en ligne sont en pleine croissance.
 


source: La Nouvelle République

A voir aussi