Algérie-Deux dossiers sensibles au menu du Dialogue Algérie-UE

  • 13 novembre 2018 / Actualité / 349 / Africa-Bi1


Algérie-Deux dossiers sensibles au menu du Dialogue Algérie-UE

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et la Haute Représentante de l'Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité et Vice-présidente de la Commission européenne, Mme Federica Mogherini, co-président aujourd'hui les travaux de la 2ème session du Dialogue Algérie-UE de Haut Niveau, lancé en octobre 2017 à Bruxelles, sur la sécurité régionale et la lutte contre le terrorisme. 
Le communiqué du ministère des Affaires étrangères qui annonce la visite qu'effectue aujourd'hui à Alger, dans ce but, Mme Mogherini, a précisé que les deux parties «poursuivront, à cette occasion, leurs échanges sur les menaces terroristes et leurs connexions avec le crime organisé transfrontalier et examineront les voies et moyens d'approfondir leur coopération dans ce domaine et procèderont également à un échange sur l'évolution récente des questions régionales et internationales d'intérêt commun». La même source souligne que cette visite «sera en outre une opportunité pour les deux parties d'examiner l'état et les perspectives de leurs relations bilatérales denses et globales régies par l'Accord d'association en vue de les renforcer davantage dans l'intérêt mutuel face aux défis communs de sécurité et de développement dans la région».
Ces relations «ont enregistré, par ailleurs, une évolution qualitative à la faveur de l'adoption des Priorités Communes de Partenariat au titre de la Politique Européenne de Voisinage rénovée», ajoute le communiqué du ministère des Affaires étrangères qui estime que la venue de la Haute Représentante de l'UE, qui fait suite aux visites récentes en Algérie de la chancelière allemande, du Président du Conseil italien et du Chef de la diplomatie espagnole ainsi que de la visite effectuée par le ministre des Affaires étrangères à Parisau titre du Comefa, soulignent «la densité et l'étendue des relations algéro-européennes au double plan bilatéral et multilatéral, et la volonté commune de les élever au rang de partenariat stratégique.
En juillet dernier, de hauts fonctionnaires européens, de la Commission européenne et du service européen pour l'action extérieure, ont tenu avec leurs homologues algériens, une réunion préparatoire à la deuxième session du dialogue stratégique Algérie-UE sur les questions sécuritaires et la lutte contre le terrorisme, A cette occasion, le coordonnateur pour la lutte contre le terrorisme de l'UE, Gilles De Kerchove, qui avait été reçu par Abdelkader Messahel, avait souligné que ce dialogue est «extrêmement important» pour l'UE, compte tenu, avait-t-il dit, du rôle «stratégique et central» de l'Algérie et son «immense expérience» en matière de lutte et de prévention contre le terrorisme.
Il avait indiqué que sa rencontre avec Abdelkader Messahel avait permis de baliser l'état des relations bilatérales qui sont extrêmement riches dans divers domaines qu'il s'agisse de la cyber-sécurité, de la prévention de la radicalisation, du financement du terrorisme ou de l'échange d'analyses sur la situation régionale, particulièrement au Sahel. Plus récemment, à la fin octobre, un programme d'appui au développement local durable et aux actions sociales, dans le nord-ouest du pays (PADSEL-NOA), a été lancé à Alger dans le cadre de l'Accord d'association entre l'Algérie et l'UE. Il s'inscrit dans le cadre de la politique nationale de promotion de l'emploi et d'amélioration des conditions de vie des populations vulnérables et est doté d'un budget global de 43,4 millions d'euros, co-financé par l'Union européenne et le gouvernement algérien.
 


source: La Nouvelle République

A voir aussi